Plantes

Comment rempoter mes plantes d’intérieur ?

Cet article aurait en fait pu s’appeler « Comment, pourquoi, quand rempoter ses plantes vertes ». Je crois savoir qu’on est nombreux à adopter de nouveaux compagnons verts (à en voir le prix des plantes en jardinerie qui ne cesse de monter, vous aussi vous avez constaté ça ?). Je vous donc propose ici toutes mes astuces pour rempoter vos petites protégées !

C’est parti.

Pourquoi rempoter ses plantes vertes ?

Pour moi il y a deux raisons principales :

1. Lorsque les plantes grandissent, les racines poussent et la plante fini par être à l’étroit dans son pot en plastique, celui dans lequel elle est vendue en jardinerie. On peut le repérer lorsqu’un certain nombre de racines dépassent par les trous du fond du pot.

2. Par simplicité d’arrosage. Pour moi c’est même la raison principale qui me pousse à rempoter toutes mes plantes vertes. Il y a en effet (à ma connaissance) 2 manières d’arroser ses plantes d’intérieur :

  • Soit on les sort de leur cache-pot et on les mets sous un filet d’eau du robinet, en laissant l’eau excédentaire s’évacuer dans l’évier. Cela permet de bien humidifier toute la motte de terre, mais… ça demande de déplacer toutes ses plantes une à une jusqu’à l’évier, pétard que c’est fastidieux ! Et moi ça me gonfle assez vite 🙂
  • Soit donc on les rempote dans un pot sans trous au fond, et on vient arroser (avec parcimonie) ses plantes à l’arrosoir. En plus ça permet de mélanger l’eau avec un peu d’engrais liquide une fois de temps en temps. Bref c’est 10 fois plus simple, à condition de ne pas avoir la main trop lourde sur l’arrosage ! En général on attend que la surface de la terre soit sèche pour arroser, soit environ 1 fois par semaine.

En bref, pour moi c’est à la fois une question de simplicité d’entretien, et de permettre à la plante de grandir tranquillement dans un pot adapté à sa taille.

Quand rempoter ses plantes ?

En général on recommande de rempoter au printemps. C’est le moment où les plantes se « réveillent », elles se remettent à produire de nouvelles feuilles beaucoup plus fréquemment, et donc il y a plus de chances que les racines prennent dans la nouvelle terre.

Donc à partir de fin mars vous pouvez y aller, pendant tout le printemps, et même pendant l’été. Dès que les températures redescendent c’est plus délicat. Pas impossible mais délicat. Disons qu’il y a plus de chances que la plante ne supporte pas le rempotage. D’autant plus que quand il fait plus froid, la plante se développe moins. Elle peut donc supporter de rester un peu à l’étroit dans son pot pendant quelques mois le temps que les températures remontent un peu.

Comment rempoter ses plantes ?

Et maintenant le moment tant attendu : comment fait-on ? C’est hyper simple vous allez voir, suivez le guide :

1. Le choix du pot

Etant donné que le but est de pouvoir arroser vos plantes à l’arrosoir, on va choisir exclusivement des pots sans trous au fond. En plastique, en pierre, en céramique, en verre, ce que vous voulez du moment que le pot n’est par percé, sinon bonjour la catastrophe quand vous allez arroser…

J’ai une (grosse) préférence pour les pots en plastique de la marque Elho : ils sont jolis, pas trop chers, et super légers, ce qui est pratique avec des grosses plantes dont la terre pèse hyper lourd. Ils sont trouvables me semble-t-il dans à peu près toutes les jardineries, ou sur internet.

On choisit toujours un pot légèrement plus grand que le pot en plastique d’origine de la plante, mais pas trop non plus. La plante n’aime généralement pas trop passer d’un petit pot à un très grand pot, elle se sent un peu perdue. Ca reste une généralité, car en mauvaise élève que je suis j’ai bien évidemment parfois totalement occulté cette règle. J’ai en effet rempoté une Monstera qui était dans un pot de 15cm de diamètre environ vers un pot de… 40 cm. Ouais ouais. Et l’occurence comme c’est une plante assez rustique, elle a super bien supporté, et aujourd’hui elle me fait des feuilles et des racines de fou !

Mais bon pour commencer et pour faire simple essayez au maximum de respecter cette idée, et dès que vous serez plus à l’aise avec le rempotage de vos plantes, libre à vous de tester le free style !

Rempotage d’une Monstera deliciosa dans un pot Elho en plastique blanc

2. Les billes d’argiles

Je commence toujours par disposer au fond du pot une couche de 2 cm environ de billes d’argile. Il en existe de plusieurs diamètres : j’ai envie de dire qu’on s’en fout pas mal. L’important est surtout d’avoir une couche suffisamment épaisse pour drainer l’eau et éviter que les racines trempent dans l’eau, ce qui fera pourrir la plante à coup sûr.

Etape 1 : on dispose une couche de billes d’argile au fond du pot

3. Le terreau

Le choix du terreau est important :

  • Pour les cactus ou plantes grasses (aussi appelées succulentes): choisissez un terreau spécial cactées. C’est généralement un mélange assez fibreux qui draine bien l’eau, car ces petites plantes n’aiment pas l’humidité.
  • Pour les orchidées: il existe du terreau spécial. Il s’agit en fait de copeaux de bois, car ces belles plantes fleuries poussent dans la nature sur les troncs des arbres dans les régions tropicales humides.
  • Pour toutes les autres : choisissez un terreau spécial pour plantes vertes / plantes d’intérieur

Déposez ensuite une petite couche de terreau (1 à 2 cm au moins) au fond de votre pot, ou davantage si le pot est beaucoup plus profond que la plante. L’important est de s’assurer que la surface de la motte de votre plante ne sera pas trop enfoncée dans le pot, car les petites feuilles à sa base risqueraient de manquer de lumière. En général je me débrouille pour que la surface de la terre arrive environ 2 cm en dessous du haut du pot.

Le terreau forme souvent des boules, je conseille de les écraser dans la main pour le fluidifier.

Attention : contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, le terreau se consomme assez vite. Par exemple pour une grande plante comme la Monstera dans l’image ci-dessus, j’ai utilisé un sac complet de 6L, même si la motte prenait déjà presque toute la place du pot. Si vous avez beaucoup de plantes à rempoter il vous faudra probablement plusieurs sacs.

4. Disposer ses plantes et compléter en terreau

Démouler délicatement la plante. J’utilise la technique du flamby (peut-être pas du tout conventionnelle, je n’en sais rien et à vrai dire je m’en fiche, je la trouve juste très pratique) : prenez dans votre main droite les feuilles de la plante, le plus près possible de la racine, et dans la gauche le pot en plastique. Pressez doucement sur le pot en plastique de la main gauche, comme pour démouler un flamby. La plante vient toute seule assez facilement en général.

Déposer ensuite la plante dans le pot, en veillant si possible à centrer la tige ou les feuilles dans le pot (la tige, pas la motte, on s’en fout si la motte est calée sur un côté du pot et non centrée).

Puis compléter de terreau tout autour de la plante. C’est souvent l’étape la plus délicate car on risque de casser des feuilles. Si c’est le cas pas de panique : la plante ne va pas mourrir, et on peut en profiter pour utiliser les feuilles cassées en boutures !

Tasser le terreau autour de la plante, ni trop ni trop peu : ça ne doit ni être trop mou, ni être une brique non plus…

Et la petite astuce qui va bien : je ne connais pas tous les noms de mes plantes par coeur. Du coup je récupère l’étiquette du pot d’origine que je colle sous le nouveau pot. Comme ça en cas de doute je retrouve facilement son petit nom, et tous les conseils d’entretien potentiels que l’on peut trouver sur le net !

Manque de bol (ou de délicatesse ?) j’ai cassé une feuille de pilea, 1 de monstera, et une tête de crassula. J’ai essayé de mettre les tiges dans de l’eau pour tenter les boutures, on verra bien si ça donne quelque chose !

5. Et après ?

Et après, on arrose légèrement.

On passe un coup d’éponge : oui on ne va pas se mentir, le rempotage ça met de la terre partout à la maison…

Et on profite de nos jolies plantes voyons ! On peut aussi s’extasier à chaque fois qu’on verra une nouvelle feuille sortir. Oui je fais ça. Oui je félicite mes plantes quand elles me font de nouvelles feuilles. J’ai même pas honte 😉

J’espère que cet article vous a plu et surtout qu’il vous sera utile.

N’hésitez pas à aller lire cet autre article qui vous explique comment et quand arroser ses plantes.

A très vite !

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *